Des poires plus belles grâce aux abeilles maçonnes

Les abeilles maçonnes sont les pollinisatrices idéales pour la production de beaux fruits réguliers, de qualité Premium.

Pour une bonne récolte de poires, il faut que chaque fleur soit entièrement fécondée. Lorsque la pollinisation est insuffisante, des poires déformées ou trop petites réduisent la récolte. Les abeilles mellifères négligent souvent les fleurs de poirier, à faible teneur en sucre, lorsque des fleurs plus sucrées se trouvent à proximité. Les abeilles maçonnes, en revanche, les apprécient. Dans la culture des poires, elles ont fait leurs preuves comme pollinisatrices rapides et minutieuses. L’abeille maçonne cornue, avec son poil dru et sa technique de récolte particulière, ne laisse sur les pistils des fleurs après chacun de ses passages que du pollen sec, extrêmement efficace. Si la fleur est ensuite complètement fécondée, toutes les conditions sont réunies pour la production de poires de belle venue, de qualité Premium.

Les abeilles maçonnes volent même par mauvais temps

La tolérance au froid est un autre avantage de l’abeille maçonne. Avec les méthodes de pollinisation traditionnelles, un temps froid et pluvieux au moment de la floraison représente un danger pour la nouaison. Les abeilles mellifères, souvent utilisées, ne partent à la recherche de nectar que par temps ensoleillé, sans vent et à partir d’environ 12 degrés; elles ne sont donc pas opérationnelles lors des journées de printemps trop fraîches. Les robustes abeilles maçonnes, en revanche, sortent à partir de 6 degrés et même par temps légèrement pluvieux et venteux, garantissant une pollinisation même au début de la floraison. Les poires profitent ainsi de précieuses journées supplémentaires pour bien mûrir jusqu’à la récolte.

Pollinisation croisée garantie

Pour la fécondation, les fleurs de poirier dépendent de la pollinisation croisée. Le vol en zigzag de l’abeille maçonne répond idéalement à cette exigence. Après avoir butiné une fleur, elle change presque toujours d’arbre ou même de rangée d’arbres, garantissant ainsi un transfert de pollen optimal entre les arbres pollinisateurs et les arbres à polliniser. Le rayon de vol compact de 300 mètres au maximum dans les plantations de poiriers permet en outre d’organiser plus facilement une pollinisation optimale.

Les abeilles maçonnes Osmipro vous offrent les avantages suivants

  • Un meilleur rendement
  • Plus de produits Premium
  • Plus d’indépendance par rapport à la météo et aux pollinisateurs sauvages
  • Moins d’efforts

Des poires plus belles grâce aux abeilles maçonnes

Un timing parfait: la pollinisation des fleurs de poirier par les abeilles maçonnes

Pour ne pas laisser au hasard la pollinisation de vos poiriers, confiez-la à l’abeille maçonne. Avec Osmipro500, Pollinature vous propose un produit fiable et facile à utiliser. Osmipro500 est constitué de 500 cocons d’abeilles maçonnes prêts à éclore (osmies cornues ou osmies rousses), livrables sur demande dans les trois jours ouvrables. Faites-vous livrer les pollinisatrices au moment même où votre verger en a besoin! Le nichoir, facile à monter, vous est prêté gratuitement.

Combien d’abeilles maçonnes par hectare?

En plein champ, nous recommandons 500 à 1000 abeilles maçonnes par hectare, en culture sous abri (filet intégral), 1500 à 2000 abeilles maçonnes. Le nombre exact requis dépendra de l’âge des poiriers, du système de culture ainsi que du nombre d’autres pollinisateurs.

Vous avez des questions? Nous nous tenons à votre disposition pour vous aider! Pour bénéficier de conseils gratuits pour votre verger, appelez-nous ou utilisez le formulaire de contact.

Mise en œuvre

Placement: il est recommandé d’installer les unités de nidification avec les cocons d’abeilles maçonnes à un emplacement ouvert et ensoleillé, dans l’idéal directement contre un arbre pollinisateur. Comme le rayon de vol des abeilles maçonnes ne dépasse pas les 300 mètres, nous vous recommandons de rassembler toutes les unités au centre de votre exploitation, sur deux emplacements au maximum. Le choix de l’emplacement – libre, ensoleillé, à proximité d’un arbre pollinisateur – est plus important qu’une répartition homogène des unités à travers l’exploitation.

Activation: les unités de nidification doivent impérativement être installées au bon endroit avant que les abeilles ne soient libérées. Pour les libérer, il suffit ensuite d’ouvrir les récipients contenant les cocons. Le plus souvent, à ce moment-là, les premiers mâles – qui, pas plus que les femelles, ne piquent – sont déjà éclos et prêts à polliniser les premières fleurs. En l’espace de trois jours, après l’éclosion des femelles, les abeilles maçonnes pollinisent à plein régime.

 

Moment de la libération

Pour prévenir l’essaimage, il faut que les premières fleurs de poirier soient déjà ouvertes au moment où les abeilles sont libérées de leur boîte à cocons. Lorsque les abeilles sauvages n’arrivent pas à trouver de nectar ou de pollen dans un rayon de 150 mètres, elles risquent d’essaimer. Si nécessaire, conservez la boîte à 2-4 degrés Celsius pendant quelques jours en attendant que les premières fleurs s’ouvrent.

 

Produits phytosanitaires

Comme pour les abeilles mellifères et les bourdons, il faut faire attention aux abeilles maçonnes lorsqu’on utilise des produits phytosanitaires. Les abeilles maçonnes n’étant pas liées à leur nid, une mauvaise utilisation des produits phytosanitaires peut provoquer leur essaimage. En raison de leur courte durée de vie toutefois, c’est surtout au moment de la floraison qu’il faut être vigilant. A cette période, il est essentiel de ne pas utiliser de produits phytosanitaires dangereux pour les abeilles dans les zones qu’elles fréquentent.

L’utilisation conjointe d’abeilles maçonnes et d’insectes bénéfiques, en revanche, ne pose aucun problème.